Sophrologie : un outil efficace contre le stress

Loin d’être une discipline réservée aux moines shaolin, la sophrologie a toute sa place dans le monde de l’entreprise occidentale. Elle y gagne d’ailleurs, peu à peu, du terrain, à mesure qu’elle suscite l’intérêt des services des ressources humaines… Et figure aujourd’hui parmi les outils de prévention des risques psycho-sociaux.

A travers une meilleure gestion du stress, de la pression et des tensions subies au travail, la sophrologie permet en effet aux salariés de se sentir mieux dans leurs baskets et dans leur poste, pour leur plus grande satisfaction… et celle de leur employeur.

 

Une aide au changement

Créée dans les années 60 par le neuropsychiatre Alfonso Caycedo, la sophrologie utilise, comme outil, la relaxation, mais ne doit pas être confondue avec elle. Si elle vise la détente corporelle et invite l’individu à se concentrer sur sa respiration, son but est ensuite de travailler en profondeur de soi.

Une fois en situation de détente, par le biais de projections positives (visualisations de situations de réussites, etc), la sophrologie apprend au salarié à modifier son regard et donc ses ressentis face à une situation donnée : requête exigeante de la hiérarchie, urgence à traiter, plainte d’un client/patient… Le salarié apprendra ainsi à mieux maîtriser ses émotions et à dompter son mental. Il sera plus résistant face au stress, que le Larousse définit comme « un état réactionnel de l’organisme soumis à une agression brusque ». Car en se détachant émotionnellement de l’agression (pression, tension, exigence ou contrainte, responsabilité importante…), il sera davantage en mesure de pouvoir la gérer. Plus à l’aise, le salarié sera probablement plus motivé dans son travail et donc plus efficace. La distance qu’il aura acquise face à la situation le soulagera également des maux dont il pouvait souffrir lorsqu’il était en proie au stress (troubles du sommeil, digestifs, musculo-squelettiques…).

Et ce processus peut être utilisé, quel que soit l’objectif. Ainsi, la sophrologie peut permettre de prendre confiance en soi, de booster sa mémoire, sa concentration, ses capacités d’initiatives, sa créativité, ou encore d’oser plus facilement prendre la parole en public. Le travail réalisé dépendra de l’objectif visé par le salarié.

 

Et en pratique ?

Si la sophrologie est un formidable outil de préparation au changement et/ou à l’action, elle ne permet pas d’y parvenir après une seule séance. C’est un entraînement rigoureux, régulier (quotidien, hebdomadaire…) qui permet, à terme, d’aboutir aux changements souhaités.

Dans le cadre de leur politique de ressources humaines, certaines entreprises font venir un sophrologue qui propose des séances régulières aux salariés. Ces séances ont lieu, par exemple, une fois par semaine, entre midi et deux, durant 45 minutes à une heure, et sont généralement réalisées en groupe. Mais il peut également s’agir de séances individuelles. Les salariés se laissent porter par la voix du sophrologue et suivent ses indications pour travailler sur leur objectif.

La sophrologie peut aussi être proposée en ateliers, en formation ou en séminaires sur quelques jours. Dans ce cas, le salarié apprend à utiliser les techniques dont il aura besoin, et se les approprie afin de pouvoir les répéter chez lui.

Nul besoin de prédisposition particulière. Les techniques de la sophrologie peuvent convenir à tout salarié désireux de se sentir mieux. D’ailleurs, la discipline est déjà très en vogue au sein des entreprises de la grande distribution, du conseil et de l’industrie. Et si elle nécessite une pratique régulière les premiers effets peuvent se faire sentir assez rapidement. Tout dépend de l’ampleur du problème au départ, de la réceptivité du sujet, mais surtout de sa motivation et de son assiduité !

 

Un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *