IA (Intelligence Artificielle) : un incontournable dans la pratique dentaire ?

Dans la médecine en général et dans la dentisterie en particulier, l’IA se développe particulièrement rapidement. A la clé : une relation patient-dentiste améliorée et une observance thérapeutique facilitée. Sans oublier, plus globalement, une optimisation de la gestion du temps, une réduction des coûts et des délais de soins, qui deviennent ainsi accessibles à un plus grand nombre.

Née à la fin des années 50, l’intelligence artificielle (ou IA) a connu un essor et des évolutions considérables : jeux vidéo, GPS, applications de smartphone, fils d’actualité de réseaux sociaux, plateformes de streaming, objets connectés… Toutes ces applications impliquent que l’ordinateur est capable d’apprendre par lui-même à effectuer une tâche donnée, et non plus simplement à exécuter des règles prédéterminées par la programmation. En médecine, l’IA affiche de grandes performances essentiellement au niveau de l’analyse d’images à visée diagnostique et pronostique.

Une évolution rapide
Mais qu’en est-il dans le domaine de la dentisterie ? Une des premières applications de l’IA à la dentisterie remonte à 1995. Un dentiste britannique publie alors une étude sur l’utilisation d’une IA pour dépister des cancers ou pré-cancers de la bouche. Il ressort de son travail que les capacités de dépistage de son IA approchent celles des dentistes participant à l’étude. Quinze ans plus tard, en 2009, des scientifiques coréens réussissent à établir un modèle prédictif des douleurs dentaires, en fonction de nombreux facteurs comme la fréquence de brossage de dents, l’utilisation de fil dentaire, l’état de la brosse à dents… A partir de 2010, l’IA s’est développée techniquement et diffusée, trouvant des applications dans tous les domaines de la dentisterie : diagnostic, management patient, radiologie, prothèses… Elle est même devenue une méthode reconnue pour identifier un patient à risque de développer un cancer de la bouche.

De nouvelles applications à l’étude
De nouvelles technologies basées sur l’IA font leur apparition. Bien qu’elles impliquent un fort coût d’investissement et d’entretien, elles promettent de nombreux bouleversements dans le monde de la dentisterie. Parmi elles :

  • Des « assistants virtuels intelligents » pour aider à gérer la patientèle (prise de rendez-vous, de renseignements, assistance analytique…).
  • Utilisation de l’IA pour le design et le positionnement des prothèses via par exemple la CFAO (conception et fabrication assistées par ordinateur).
  • L’orthodontie est le domaine de l’odontologie qui connaît le développement le plus rapide et le plus abouti des algorithmes avec des procédés de diagnostic cranio-facial ou de traitement tels qu’Invisalign®. Des algorithmes génétiques en cours de développement permettront par exemple de bientôt prédire la taille des dents non érigées, et donc de fournir un diagnostic, un traitement et un suivi largement améliorés.
  • Enfin en radiologie, l’IA peut permettre d’identifier d’infimes déviations structurelles invisibles à l’œil humain. Un outil très utile pour dépister des caries proximales ou repérer des ganglions anormaux.

 

A l’avenir, l’intégration de l’intelligence artificielle dans le système de soins devrait permettre la réalisation de diagnostics plus précis mais aussi de traitements plus efficaces. Affaire à suivre

Peggy Cardin-Changizi

Un commentaire ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.