Soigner en camionnette ou sur internet

Exercer dans une camionnette, ça vous dit ?

Parcourir les routes de France à bord d’un van. Dormir dans un champ. Vivre de voyages et de liberté…

Bon, ce n’est pas exactement ce qu’on vous propose ici.

L’idée, c’est plutôt de se balader dans sa camionnette toute équipée pour aller d’un EHPAD à l’autre du département soigner les dents des résidents.

C’est bien aussi.

C’est surtout beaucoup plus utile pour ces personnes âgées dont les dents se dégradent avec l’âge et le manque d’hygiène dentaire.

(Vous irez respirer les pâquerettes et dormir à la belle étoile un peu plus tard.)

 

Dentiste tout-terrain

Un fourgon tout-terrain – comme celui des pompiers -, tout équipé dentairement parlant.

Voilà à quoi ressemble le cabinet qui sillonnera les routes de campagne du Puy-de-Dôme pour aller visiter la quarantaine d’EHPAD (maisons de retraite médicalisées) situés dans les coins les plus isolés du département.

C’est sur le parking de leur maison de retraite, à bord de ce 3,5 tonnes, que nos aînés pourront donc consulter leur dentiste. Un super projet expérimental, mené sur 4 ans, pour tenter de pallier la désertification médicale.

Les fauteuil, aspirateur et autres incontournables de la panoplie du dentiste seront bien sûr de la partie. La camionnette réunit en son sein tous les éléments d’un cabinet dentaire classique.

L’avantage, c’est que les résidents n’auront pas à se déplacer – ou si peu. Il suffira pour eux de descendre au rez-de-chaussée pour rejoindre le parking de l’EHPAD. Une sorte de petite marche digestive.

Eh oui, c’est leur dentiste qui viendra leur rendre visite à domicile. On inverse les rôles ! (Enfin presque.)

Ceux qui ne peuvent pas quitter la chambre n’auront même pas à bouger du lit. Ils pourront recevoir les soins dentaires de base in situ, grâce à la valise toute équipée de leur dentiste itinérant.

Et cette initiative hors du commun n’est pas la seule à se déployer pour remédier au manque d’accès aux soins:

– Au Puy-en-Velay, par exemple, sept dentistes promènent déjà leur valise équipée une fois par mois pour aller effectuer les soins de base auprès des résidents de trois EHPAD : détartrage, traitement des caries, extractions dentaires simples, réajustement des prothèses dentaires

– Et en région PACA, l’association Handident PACA est l’un des lauréats du prix Harmonie Boost, pour son projet de consultations dentaires en EHPAD.

– L’entreprise Bluelinea met elle aussi du matériel dentaire et des praticiens à disposition des EHPAD.

 

Y a de quoi faire !

Dans le Puy-de-Dôme, c’est l’ARS et l’URPS des chirurgiens dentiste qui ont lancé cette initiative hors les murs. Très tendance, à l’heure du télétravail et de la quête d’autonomie au boulot, cette idée répond surtout à un besoin crucial : celui d’aider nos aînés à conserver une bonne santé bucco-dentaire (ou à la retrouver).

Et ce n’est pas du luxe, car les trois quarts des plus de 65 ans ne s’alimentent plus normalement à cause de l’état de leurs dents (1). Entre un tiers et la moitié des résidents d’EHPAD souffrent de pathologies dentaires et orales. 85% des résidents auraient besoin d’une consultation dentaire, 40% d’entre eux ont au moins une dent attaquée par une carie, et au moins une dent douloureuse qu’il faut extraire.

Bref, y a de quoi faire.

Et ça urge un peu si on veut leur éviter des complications infectieuses autrement plus douloureuses, voire dangereuses, avec à la clé un engorgement des urgences qu’on aurait pu éviter. Mais c’est bien connu, à l’heure actuelle, du côté de la prévention dentaire comme des soins précoces, on est vraiment au ras-des-pâquerettes. Pas loin de la moitié des résidents n’a pas consulté son dentiste depuis 5 ans, alors qu’on sait aujourd’hui qu’une mauvaise santé bucco-dentaire peut entraîner des infections pulmonaires, des pathologies cardio-vasculaires, une aggravation du diabète ou encore des déséquilibres alimentaires… (1) Et que les personnes âgées sont déjà pas mal exposées à ces problématiques. Les dentistes sont absents des EHPAD, les forfaits soins de ces établissements ne mentionnent même pas les soins dentaires et le personnel soignant n’est pas sensibilisé à la question…

Alors, forcément, les dents de personnes âgées ne sont pas vraiment au top de leur forme.

Mais heureusement, bonne nouvelle : si l’expérimentation du camion s’avère concluante, l’initiative pourra être étendue aux autres départements. Alors les 3,5T dentaires tout-terrain se multiplieront probablement dans les zones dépeuplées en dentistes.

 

Après l’équipe mobile, l’appli mobile

De son côté, forte de ses constats et de 15 ans d’expérimentations, l’Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire (USBD) a lancé un programme d’accompagnement et de prévention au quotidien pour la santé orale des personnes dépendantes vivant en EHPAD.

Un arrêté du 3 juin 2019 (2) a entériné ce projet expérimental qui se déroulera lui aussi sur 4 ans dans 4 régions pilotes : Auvergne, Rhône Alpes, Occitanie et Pays de la Loire.

Concrètement, une application dénommée Oralien permettra de prendre des scan de la bouche des résidents. Elle sera aussi en mesure d’enregistrer leurs réponses à un questionnaire médical succinct.

Les données recueillies seront anonymisées, cryptées et réceptionnées sur un serveur sécurisé agréé. Puis elles seront analysées par un algorithme, sur la base de critères de diagnostic et décisionnels établis par l’UFSBD.

Cette analyse, qui sera contrôlée par un chirurgien-dentiste, permettra d’établir une recommandation personnalisée pour chaque résident.

Le personnel médical ou l’infirmier de l’EHPAD pourra consulter ces recommandations en accédant à une plate-forme en ligne sécurisée. Ils pourront alors évaluer l’impact des protocoles d’hygiène mis en place et les modifier si besoin, orienter le résident vers un dentiste, organiser au mieux la consultation externe, etc.

Ce service permettra d’effectuer un suivi de la santé bucco-dentaire dentaire des résidents (état de la dentition, des capacités masticatoires, détection des soins nécessaires…) et de réaliser des scan d’urgence dentaire.

Bref, une grande avancée !

 

(1) Chiffres tirés d’une étude publiée en avril 2017 (Mangeney et al), cf annexe de l’ Arrêté du 3 juin 2019 relatif à l’expérimentation pour l’accompagnement et la prévention bucco-dentaire des personnes vivant en établissement d’hébergement pour personnes âgées

(2) Arrêté du 3 juin 2019 relatif à l’expérimentation pour l’accompagnement et la prévention bucco-dentaire des personnes vivant en établissement d’hébergement pour personnes âgées

 

Un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *